Léo Ferré chante les poètes

« Ce sont de drôl's de typ's qui traversent la brume
Avec des pas d'oiseaux sous l'aile des chansons »

Pour accéder à la liste des chansons, cliquez sur l'image ci-dessus.

Musiques : Léo Ferré
Textes :
  • Guillaume Apollinaire : pistes 8, 11, 19, 20, 24, 27
  • Louis Aragon : pistes 25 & 29
  • René Baer : pistes 2 & 9
  • Charles Baudelaire : pistes 7, 10, 16-18, 22, 23, 28
  • Jean-Roger Caussimon : pistes 26, 30, 33
  • Léo Ferré : pistes 1, 31, 34
  • Arthur Rimbaud : pistes 3, 6, 12, 15, 35
  • Rutebeuf : piste 21
  • Paul Verlaine : pistes 4, 5, 13, 14
  • François Villon & Léo Ferré : piste 32
Léo Ferré, piano

Réalisation : Guy Job
Prise de son : Jean-Louis Nathan
Montage : Fabrice Guilbert
Mixage : Guy Perrette
Production : Léo Ferré
Coordination de la production : Michel Larmand
Conception & réalisation DVD : Mathieu Ferré & E. Duval (W.W.F.Y.)
Crédits visuels : José Corréa

Image 4/3 - Toutes zones - Pal
Son Dolby Stéréo - Couleur
Durée : 2h50 environ

Enregistré en public au Théâtre Libertaire de Paris, entre le 28 octobre et le 16 novembre 1986.
Publié sur support VHS en 1986 par EPM. Publié pour la première fois sur support DVD par La Mémoire et la Mer le 23 février 2004.
La Chambre

La Chambre

La Poésie

La Poésie

Green

Green

L'Affiche rouge

L'Affiche rouge

Les Métamorphoses du vampire

Les Métamorphoses du vampire

Pauvre Rutebeuf

Pauvre Rutebeuf

Le Pont Mirabeau

Le Pont Mirabeau

Frères humains, l'amour n'a pas d'âge

Frères humains, l'amour n'a pas d'âge

Les Spécialistes

Les Spécialistes

Le Bateau ivre

Le Bateau ivre

Longtemps Léo aura caressé le désir de proposer un tour de chant exclusivement consacré aux poètes. Mais ses incertitudes sur la solubilité de la poésie dans le music-hall, sa crainte d'ennuyer le public et de se voir boudé par lui, l’en auront toujours dissuadé. Deux mini-récitals de ce genre, donnés en 1966 à l'instigation de l'esthète Bérimont, radio-téléguideur de goût, dans un cadre éminemment favorable mais tenant lieu de hapax, auront suffi à son bonheur puisque vingt ans durant Léo se contentera d'inclure les poètes par-ci par-là dans ses concerts, « en contrebande » pourrait-on dire, vestiges affleurant des siècles.

Il aura fallu, les années passant, une évolution en profondeur de sa relation avec le public, ainsi que la confiance du Théâtre Libertaire de Paris pour que l'artiste tente franchement le coup, révélant sous une forme ramassée l'unité de ses choix.

En le sortant de lui-même les poètes auront permis à Léo Ferré d'être lui-même tout à fait. Sous maints visages c'est lui toujours, fraternel nocher habité par la mélodie secrète des choses ; corps conducteur par qui les grands morts nous requièrent sans détour.

La captation vidéo voulue par Léo nous invite à (re)découvrir cette absence et cette présence, pour notre plus grand enchantement. Une version audio est également disponible dans le coffret Léo Ferré au Théâtre Libertaire de Paris.

Alaric Perrolier – 2016
fermer

Pour écouter librement la musique de Léo, veuillez vous inscrire.

Cette inscription gratuite vous permet aussi de réaliser vos achats
et de recevoir notre lettre d'information.

Connectez-vous à votre compte :
Courriel
Mot de passe
Se souvenir de moi

Créez votre compte :
Courriel
Prénom
Nom
Mot de passe
Confirmation
Nous vous remercions de vous être inscrit
x
Votre profil :

x