Sur la scène...

« Soyez damnés ! C'est tout ce qu'il nous reste. »

Textes & musiques : Léo Ferré
Sauf textes : Guillaume Apollinaire (Marie), Jean-Roger Caussimon (Comme à Ostende, Ne chantez pas la mort)

Paul Castanier, piano

Prise de son : Jean-Pierre Molliet & Jean-Pierre Tzaud
Régie musicale & montage : Claude Blanc
Production : Radio Suisse Romande
Conception & réalisation CD : Mathieu Ferré & Alain Raemackers
Crédits visuels : Patrick Ullmann

Enregistré en public le 3 février 1973 à Montreux (pistes 1, 19, 20, 22, 25, 27) et le 16 mai 1973 au Théâtre Municipal de Lausanne (Suisse).
Publié pour la première fois sur disque le 26 octobre 2001 par La Mémoire et la Mer.
Paru huit ans après la disparition de Léo Ferré, cet enregistrement public restitue plus que jamais l'âpre beauté diluvienne du poète sur scène en ressuscitant un concert donné à Lausanne en mai 1973 ; un des derniers avec Paul Castanier, son pianiste à l'exclusion de tout autre pendant dix ans.

Le tour de chant 1972-73 qui s'achève là est un grand cru. Même si la passion insurrectionnelle de Mai 68 est retombée, le récital de Léo Ferré repousse encore une fois les limites de l'ardeur et de l'insoumission. Sur la trentaine de chansons proposées, la moitié est nouvelle ; l'intégralité du répertoire constituant l'album Il n'y a plus rien et la quasi-totalité de celui de L'Espoir (pas encore publié au moment de la captation) ne font qu'un, organiquement drainés dans une même coulée créatrice ; parfois avec des musiques fort éloignées de celles que Léo a ou va immortaliser en studio. C'est là tout l'intérêt de la scène ; les choses n'y sont pas figées, et Castanier y exprime aussi sa personnalité.

On le constatera d'autant plus que cet album offre la rare possibilité d'une écoute comparative. En  effet, en reprenant le même tour de chant que l'album Seul en scène, paru en son temps sous une forme tronquée et contre la volonté de Léo, Sur la scène... nous permet enfin de découvrir le récital 1972-73 dans son intégralité, avec quatre titres révélés pour la première fois dans leur version piano (La Damnation, Marie, Vitrines, Pépée), mais aussi d'entendre comment l'interprétation des mêmes titres par le (vieux) couple chanteur-accompagnateur varie à six mois d'intervalle. Une mise en perspective unique pour un dialogue sur le fil du rasoir. Peu de temps après ce concert, Paul Castanier mettra fin à sa collaboration avec Léo Ferré, qui ne cherchera jamais à le remplacer.

Une captation vidéo inédite du même tour de chant, à l'Olympia de Paris cette fois, est également disponible depuis 2001.

Alaric Perrolier – 2016
fermer

Pour écouter librement la musique de Léo, veuillez vous inscrire.

Cette inscription gratuite vous permet aussi de réaliser vos achats
et de recevoir notre lettre d'information.

Connectez-vous à votre compte :
Courriel
Mot de passe
Se souvenir de moi

Créez votre compte :
Courriel
Prénom
Nom
Mot de passe
Confirmation
Nous vous remercions de vous être inscrit
x
Votre profil :

x