Le Piano du pauvre

« La vie mon p'tit voyou
Ça s' prend par le bon bout »

Textes & musiques : Léo Ferré
Sauf textes : Jean-Roger Caussimon (À la Seine), Albert Willemetz & Madeleine Rabereau (Notre-Dame de la mouise)

Jean Cardon, accordéon
Orchestre symphonique non identifié

Arrangements & direction musicale : Jean Faustin (pistes 1, 3, 4), Léo Ferré (pistes 5 à 8)
Prise de son : ?
Production exécutive : Édouard Dory
Crédits visuels : G. Justh

Enregistré le 15 mars, 7 avril, 7 octobre 1954 aux Studio ?, Paris (France).
Publié en ? 1954 par Disques Odéon.
9. Le Piano du pauvre (version piano) bonus
10. Mon p'tit voyou (instrumental) bonus
11. Merci mon Dieu (instrumental) bonus
Le deuxième album de Léo Ferré chez Odéon regroupe trois sessions espacées dans le temps où le chanteur se fait accompagner par des musiciens très dissemblables. Si trois des quatre premiers titres sont encore habillés par Jean Faustin, dont la main ici se fait plus légère, et si Léo tient à mettre en évidence sa nouvelle amitié avec l'accordéoniste Jean Cardon, la suite déploie les fastes intemporels d'un symphonisme très... ferréen, et pour cause ! Léo orchestre lui-même les quatre derniers titres, qu'il dirige en personne. C'est la troisième fois qu'il se retrouve à la tête d'une formation symphonique, après les orchestres de la Radiodiffusion française en 1951 (voir De sacs et de cordes) et de l'Opéra de Monte-Carlo en 1954 (voir Léo Ferré à l'Opéra de Monte-Carlo).

Album bicéphale donc, dialectique même, prémonitoire en un sens ; qui creuse de la façon la plus inspirée le sillon à succès de Paris canaille (la chanson) et son cortège de vanités, avant de s'éployer dans un classicisme orchestral que l'on retrouvera quasiment inchangé, vingt ans plus tard, après bien des deuils et des détours, lorsque Léo enregistrera à sa guise avec l'orchestre symphonique de la RAI-Milan en Italie.

Quel a pu être ici le dessein exact de Léo ? Quel est ce grand orchestre miraculeusement mis à sa disposition ? Pourquoi n'a-t-il pas poursuivi immédiatement dans cette direction ?... Le mystère demeure.

Alaric Perrolier – 2016
fermer

Pour écouter librement la musique de Léo, veuillez vous inscrire.

Cette inscription gratuite vous permet aussi de réaliser vos achats
et de recevoir notre lettre d'information.

Connectez-vous à votre compte :
Courriel
Mot de passe
Se souvenir de moi

Créez votre compte :
Courriel
Prénom
Nom
Mot de passe
Confirmation
Nous vous remercions de vous être inscrit
x
Votre profil :

x