La Marge : intégrale 1975-1991

« Du silence où l’on m’a laissé
Musiquant des feuilles d’automne
Je sais que jamais je n’irai
Fumer la Cour de la Sorbonne »

Pour accéder au contenu détaillé, cliquez sur l'image ci-dessus ; les listes de titres sont indiquées au verso des 20 disques.
 
Textes & musiques : Léo Ferré
Sauf musique :
  • Maurice Ravel (Concerto pour la main gauche)
  • Ludwig van Beethoven (Egmont, ouverture opus 84)
  • Tomás Luis de Victoria (Motet n°12 O vos omnes, qui transitis per viam)

Sauf textes :

  • Cecco Angiolieri (Cecco)
  • Guillaume Apollinaire (La Porte, Marizibill, L'Adieu, Les Cloches & La Tzigane, Marie, Automne malade)
  • Charles Baudelaire (L'Invitation au voyage, La Mort des amants, Je te donne ces vers, L'Examen de minuit & Dorothée)
  • Jean-Roger Caussimon (À la Seine, Nuits d'absence, Les Spécialistes, Les Vieux Chagrins, Avant de te connaître, J'entends passer le temps, Les Loubards, Comment ça marche ?, Metaphysic Song, Les Drapeaux merveilleux)
  • Léo Ferré & Francis Claude (La Vie d'artiste)
  • Léo Ferré & Madeleine Rabereau (La Nuit)
  • Arthur Rimbaud (Le Bateau ivre, On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, La Maline, Une saison en enfer)
  • Rutebeuf & Léo Ferré (Pauvre Rutebeuf)
  • Giovanni Testori (Amore)
  • Paul Verlaine (Colloque sentimental, Si tu ne mourus pas)
  • François Villon & Léo Ferré (Frères humains, l'amour n'a pas d'âge)

Musiciens (non-exhaustif) :

  • Piano : Léo Ferré, Dag Achatz
  • Claviers : Léo Ferré
  • Violon solo : Giuseppe Magnani
  • Hautbois solo : Alberto Caroldi
  • Basson solo : Virginio Bianchi
  • Trombone solo : Gian Carlo Corsini
  • Cor solo : Giuseppe Crott
  • Guitare : Toti Soler, Guy Lukowski
  • Harpe : Esther Gattoni
  • Voix : Jeanne Thierry, Taffy, Toti Soler
  • Percussions : Afonso Vieira
  • Orchestre de l'Institut des Hautes Études Musicales de Montreux
  • Orchestre philharmonique de Liège
  • Chœur du Théâtre Royal de la Monnaie
  • Orchestre symphonique de la RAI-Milan
  • Chœur italien non identifié

Orchestrations & direction musicale : Léo Ferré
Prise de son : x, Davide Marinone, Paolo Bocchi, Jan Vercauteren, Roger Roche

Conception & réalisation coffret : Mathieu Ferré & Alain Raemackers
Textes de présentation : Léo Ferré (pochettes originales), Alain Raemackers (livret)
Crédits visuels : Hubert Grooteclaes (photos coffret & livret), Guido Armellini (illustration livret), Vital Maladrech (graphisme), Patrick Ullmann, Henry Hoffmann, Jacques Deroost, Alain Marouani, André Villers, Hubert Grooteclaes, Marina Marcantonio, Jean-Marc Ayral, Charles Szymkowicz (pochettes disques)
 
Titres enregistrés entre l'été (?) 1975 et septembre 1991, à Montreux, Bruxelles, Milan, Paris.
Publié le 25 novembre 2022 par La Mémoire et la Mer.

Ayant échoué à modeler le monde par son verbe, revenu de tout, le dernier Romantique —  peut-être le dernier grand poète du siècle 20 — se réinvente pour se survivre, se réfugiant dans l'utopie première et dernière de la Musique, embusqué dans la marge, à faire tournoyer l'élégiaque carrousel de ses dévotions tandis qu'au loin le texte s'agite et que passent les modes. Dans ses cheveux blancs l'été s'attarde, au chant d'éternité des cigales, avant que ne s'en vienne le « hold-up mordoré » de l'automne, à la poursuite du temps perdu. « Memento mori, sois heureux ! » semble-t-il nous souffler. L'amour demeure, le reste doit finir. Y compris l'œuvre anthume de Léo Ferré.

Ce quatrième coffret s'ouvre en 1975 sur l'accession du galaxique Ferré à son plus grand désir : la direction d'orchestres symphoniques en compagnie desquels donner des concerts. Il se conclut en 1991 avec le choix confraternel de s'effacer derrière Rimbaud, vénéré par tout l'Occident des Lettres. Deux radicalités, deux pôles : la Musique et le Verbe, dont l'artiste en douze derniers albums va incessamment raviver le point d'incandescence prométhéen ; homme libre toujours chérissant cette mer que l'on nomme l'imaginaire, fraternel passeur pour ses semblables encore à l'amarre.

Période moins bien connue pour ne pas dire ignorée des médias et du public, riche pourtant d'oracles et de périples, de hautes cimes, de fulgurations, trop longtemps sous-estimée, la voici pour la première fois rassemblée afin que nul n'en ignore plus. Non, la vie artistique de Léo Ferré ne s'arrête pas après son dernier album pour la marque Barclay. Non, sa créativité ne se tarit pas. Elle se poursuit durant des années et extatiquement se hisse aux dimensions du macrocosme.

Pour la première fois depuis presque trente ans, L'Opéra du pauvre, chef-d'œuvre secret, est de nouveau rendu disponible sur disque, indexé pour votre aisance d'écoute en suivant le découpage pensé par l'artiste. Et puisque Ferré fut « muet » pour commencer, qu'il le soit donc pour conclure ; voici en sus trois disques exclusivement remplis d'instrumentaux de ses chansons, d'après un projet d'album orchestral qu'il envisagea lui-même au mitan des années 80. Car... Léo Ferré est un musicien, aussi. Ne l'oublions jamais.

Quiconque s'est embarqué jusqu'ici dans la circumnavigation ferréenne ne saurait en ignorer la glorieuse terminaison. Attendez... la terminaison, vraiment ?

Alaric Perrolier – 2022

fermer

Pour écouter librement la musique de Léo, veuillez vous inscrire.

Cette inscription gratuite vous permet aussi de réaliser vos achats
et de recevoir notre lettre d'information.

Connectez-vous à votre compte :
Courriel
Mot de passe
Se souvenir de moi

Créez votre compte :
Courriel
Prénom
Nom
Mot de passe
Confirmation
Nous vous remercions de vous être inscrit
x
Votre profil :

x
loading...